Bayard
Ariol, Anatole, Bonnemine... les héros de J'aime lire

Un concours de poèmes pour votre classe

Concours Écris un poèmes Mes Premiers J'aime lire
21 octobre 2013

Pour inciter les enfants à jouer avec les rythmes et les mots, mais aussi pour accompagner Le Printemps des Poètes, la grande fête de la poésie qui a lieu tous les ans au mois de mars, le magazine Mes Premiers J'aime Lire propose à nouveau un concours. Le thème de l'année ? Les couleurs…

Il suffit que vos élèves écrivent sur les couleurs qui leur plaisent, celles qui les inspirent, les font rêver, rire, chanter, celles qu’ils aiment voir, porter ou peindre… ou même celles qu’ils n’aiment pas ! Un appel au regard et à l’imagination. Pour vous accompagner à mener ce travail en classe, retrouvez ici les pistes pédagogiques proposées par Aline Karnauch, professeure agrégée de lettres modernes, professeure à l'Espé d'Orléans-Tours, ainsi que le bulletin de participation.

 

Travailler sur toutes les dimensions du matériau qu’est la langue.

Ne réduisons pas la poésie au « joli » et à « l’indolore » en la cantonnant à un lexique ou à des thèmes dits poétiques. Et ne la réduisons pas à la rime. Le poète travaille sur le matériau de la langue dans toutes ses dimensions : sonore (allitérations…), visuelle (mise en espace du texte) et sémantique (associations d’idées, connotations, polysémie, métaphores…). Comprendre un poème ne consiste pas à le traduire dans une langue ordinaire et univoque. La poésie a le don de faire « trembler » le sens : notre langue de tous les jours est, en quelque sorte, revivifiée grâce à des écarts, des rencontres inhabituelles entre des mots, des significations, des niveaux de sens a priori éloignés les uns des autres ou, au contraire, par des effets d’écho ; si le sens perd alors en clarté et univocité, il gagne en richesse et force.

Faire rencontrer aux élèves des textes de poètes.

La fréquentation régulière de la poésie développe nos compétences de lecteurs de poèmes… La liste ministérielle (1), qui propose un corpus varié et exigeant, peut constituer un premier socle de qualité pour les élèves et les enseignants, et permettre de multiplier les expériences régulières de lectures poétiques partagées. Une fois cette relation de confiance établie avec la poésie, le désir de s’essayer à l’écriture se manifeste spontanément chez les enfants. Il faut distinguer les jeux d’écriture et l’écriture de poèmes. Les premiers visent à dédramatiser le rapport à la langue, à la norme et s’appuient souvent sur le hasard, la transformation de textes existants. L’écriture de poèmes est plus ambitieuse, puisqu’il s’agit de la création de textes littéraires individualisés, à partir d’une appropriation singulière de la langue. La principale difficulté de la consigne du Concours de poésie est son principal intérêt : comment produire un texte à caractère poétique et non un simple texte descriptif ou narratif ? La consigne impose un texte bref : prose poétique (avec retour à la ligne aléatoire) ou vers (rimés ou non, mais retours à la ligne fixés) et peut nous orienter vers les haïkus.

Pistes pour constituer des réserves émotives, sensorielles, linguistiques sur le thème des couleurs, avant de se lancer dans l’écriture :

  • Lire des poèmes qui évoquent des couleurs (de manière concrète, symbolique ou fantaisiste). Voir liste sur le site www.printempsdespoetes.com
    Logo Printemps des poètes
  • Explorer le thème en recherchant les associations sémantiques : le rouge associé à la violence, à un fruit, donc à l’été, à la passion, à la joie…
  • Rechercher des noms de couleurs peu fréquentes : garance, ambre…
  • Rechercher des expressions : vert de rage, rouge comme une pivoine…
  • Imaginer comparaisons et métaphores avec le nom des couleurs. Valoriser l’originalité. On peut utiliser le hasard pour débloquer l’imaginaire.
  • Observer et rêver à partir de peintures abstraites qui jouent de la couleur.
  • Jouer avec les sonorités : rimes, allitérations : rouge / bouge / roule…
  •  Proposer un déclencheur comme le début du vers ou structure syntaxique : je (+?un verbe), dans (ou autre préposition), le (+?nom de couleur)…

De façon générale, privilégier une pratique de la langue associative, sensitive, ludique et pas seulement rationnelle. Et vous verrez, la créativité peut être au rendez-vous de l’expérience poétique !

(1) Références de littérature de jeunesse (cycle 3), consultable sur eduscol.education.fr

En savoir plus

Les 10 classes gagnantes recevront les 4 anthologies de la collection « Demande aux poèmes », publiées par Bayard Jeunesse. Un jury composé des membres de la rédaction de Mes Premiers J’aime Lire déterminera les 10 classes primées. Les meilleurs poèmes seront publiés dans le numéro de mars de Mes premiers J’aime lire et sur le site www.bayardeducation.com .

Comment participer ?

  • Chaque élève de votre classe doit inventer un poème personnel sur les couleurs.
  • Ce poème peut être en vers (qui riment) ou pas.
  • Il doit faire quatre lignes au maximum.
  • Les poèmes peuvent être présentés soit sur papier libre, soit à l’aide du bulletin de participation à télécharger ci-dessous.

 

Merci de regrouper les poèmes, de préciser votre nom, votre classe, le nom de l’école et son adresse,
et d’envoyer l’ensemble au plus tard le 31 décembre 2013, à l’adresse suivante :
Concours Poésie Mes premiers J'aime lire, 18 rue Barbès 92128 Montrouge cedex

Bayard Education
S'abonner à J'aime lire

Abonnement en prélèvement mensuel

5,00€ /mois
S'abonner
Feuilleter J’aime lire